Connexion

Fermer
Vous ne possédez pas encore de compte sur Zicmeup ? Inscrivez vous ici
My ZicMeUp Hits Artistes Concerts Concours Métiers Services
ZIP'O Auteur-compositeur
ZIP'O
Ajouter à ma fanlist Laisser un commentaire Encourager cet artiste
J'aime
Player
> Sa place dans le hits :
  - général
  - Montreuil
  - Auteur-compositeur
Musique des Antilles françaises (01-01-1970)

Les Antilles françaises : la Guadeloupe et la Martinique abritent malgré leurs petites tailles une vaste et populaire musique originale qui a gagné un renom international grâce au succès du zouk dans les années 1980. Le zouk est particulièrement important en France où il est devenu un important symbole de la Guadeloupe et la Martinique. Le zouk a pour origine les musiques folkloriques antillaises comme le gwoka guadeloupéen et le chouval bwa martiniquais mais a aussi une origine pan-caribéenne via la tradition de la calypso.Après l'abolition de l'esclavage en 1848, la musique créole trouva son lieu de prédilection et de croissance à Saint-Pierre, capitale culturelle de la Martinique pendant le XIXe siècle jusqu'à la catastrophe de sinistre mémoire qui la réduisit en cendres le 8 mai 1902. Saint-Pierre possédait depuis la fin du XVIIIe siècle un théâtre où se donnaient des concerts, se jouaient des opéras, et où l'on organisait plusieurs bals annuels. Mais c'est dans les bastringues et les cercles de société que se façonnait véritablement la musique populaire. Dédiée essentiellement à la danse : la biguine à deux temps, dérivé syncopé de la polka, la valse créole, emphatique, langoureuse, et la mazurka, à trois temps comme la valse mais s'en distinguant par les accentuations, comportant en outre deux parties, l'une alerte et enjouée, l'autre tendre et sentimentale "la nuit" donnant aux couples le prétexte de s'enlacer amoureusement. Pour compléter ce panorama, ajoutons encore le quadrille à commandements, resté plus vivace en Guadeloupe qu'à la Martinique, et la valse pasillo, légère et sautillante, venue d'Amérique Centrale. L'instrument par excellence de la musique antillaise était et reste encore la clarinette. Les premiers orchestres comprenaient aussi le trombone, apte par ailleurs à drainer dans les rues les foules surexcitées lors des "vides" ou défilés de carnaval. Mais les instruments à cordes : guitare, violon, violoncelle, tenaient une place de choix. Enfin, n'oublions pas l'incontournable "chacha", cylindre de fer blanc rempli de grenaille, dont des mains virtuoses et expertes savaient extraire un rythme puissant, envoûtant.Carnaval:Le carnaval est une fête très importante en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane. La musique y joue un rôle vital, avec de grandes parades : les vidés' ou déboulés, un peu à la manière des écoles de samba brésiliennes. Le carnaval perdait de sa popularité dans les Antilles après la Seconde Guerre mondiale, mais a connu un renouveau avec les nouvelles formations musicales dans les années 1980. Dans chaque île, les festivités sont animées par des chants participatifs (call-and-response).Au début du XXe siècle, les groupes de carnaval défilaient avec des chars, jouant de la musique connue sous le nom de biguine vidé (ou juste vidé). Cette tradition n'est revenue que pendant les années 1980 avec de grands groupes de plus de 50 membres et musiciens incluant cuivres, percussionnistes et danseurs appelés groupes à pied correspondant chacun à un quartier. Courir le vidé est nécessairement participatif, avec un meneur qui chante et le groupe qui lui répond.L'instrumentation moderne comprend une variété de percussions construit à partir de containers de toutes sortes : plastique plumbing, cloche, tanbou débonda, chacha, tibwa et gwoka.Le Carnaval de la Guadeloupe contient à peu près les mêmes éléments que celui de la Martinique. Les ensembles gwoka traversent l'île en jouant la mizik vidé en incitant les passants à participer. Le carnaval inclut des danses africaines laghia, haut-taille, grage, calinda et bel-air. Les instruments traditionnels sont le chacha, makyé, boula, tanbou chan et tanbou bas.Chouval bwa: Le chouval bwa est un genre musical martiniquais traditionnel à base de percussions, flûte de bambou, accordéon et kazoo. C'est un style de musique issu de la campagne martiniquaise propre à la célébration et qui s'accompagne d'une danse appelée le manège; c'est de là que vient le nom chouval bwa en référence aux chevaux de bois des carrousels.Les percussions du chouval bwa sont composées de tambours et du ti bwa, un instrument fait d'un morceau de bambou horizontal et qui se joue avec des baguettes ; les ensembles les plus traditionnels sont composés aussi d'un accordéon, de chacha (sorte de maracas) et de bel-air ; un tambour basse.Gwoka:Le gwoka est une famille d'instruments à percussion qui se joue avec les mains que l'on utilise dans la musique traditionnelle guadeloupéenne.Bèlè:Le bel air (ou bélè) est une musique héritée de la tradition esclave comprenant plusieurs formes dansées :DANMIE danse de lutte; BELE dous', pitjè, biguine bèlé, belya, gran bèlé (5 rythmes et danses, seuls 2 ; sont ternaires: belya et gran bèlé), danses en quadrille (8 danseuses et danseurs qui forment deux carrés de 4) ; DANSES LA LINE KLE :mabelo, woulé mango, kanigwè (veillée mortuaire), vénèzouel, kalenda, ting-bang, karèsèyo: danses collectives sauf kalenda ;le LADJA.Le bèlè se caractérise, dans sa rythmique, par les "tibwa" ( 2 baguettes de bois) qui donnent le tempo de base et le tambour qui intervient pour marquer les temps forts et introduire des improvisations de percussion. Le tambour fait l'objet d'une double percussion, par les "tibwa" sur son fût et par le tambourineur sur la peau.Musique populaire:Bien que la Guadeloupe et la Martinique ne soient le plus souvent connues que pour le style "zouk" réputé à l'échelle internationale, ces îles ont aussi donné naissance à des musiciens populaires dans divers styles mis au goût du jour de biguine, chouval bwa et gwo ka traditionnels. L'orchestre de zouk mondialement connu Kassav' reste de loin le plus célèbre de la Guadeloupe les membres fondateurs qui sont tous de l'île papillon(la Guadeloupe) ont intégré à leur début (à partir du 2e et 3e album) trois martiniquais qui font aussi parti des vedettes de Kassav' se sont Jocelyne Béroard, Jean-Philippe Marthély, et Jean-Claude Naimro. William Flessel et Ti Céleste sont des artistes bien connus du style gwo ka moderne, tandis que l'orchestre de carnaval Guadeloupéen Akiyo et Voukoum Sont devenu les seul groupe de ce style à faire des enregistrements commerciaux. Le Chouval bwa s'est diversifié en genres pop comme le zouk chouv, qui intègre des sonorités électro-acoustiques et a été popularisé par Claude Germany, Tumpak, Dédé Saint-Prix, et Pakatak. Le style de Germany est le plus traditionnel des musiciens populaires de zouk chouv, tandis que Marce Pago de Tumpak exerce une influence prédominante, et est aussi connu pour avoir imposé le terme zouk chouv en 1987Biguine:La Biguine est une forme Guadeloupéenne de musique de clarinette et de trombone qu'on peut diviser en deux types:la bidgin bélè ou biguine à tambour - remontant à la danse bélè esclave et caractérisée par l'utilisation des tambours bélè et des baguettes rythmiques tibwa, ainsi que par la musique "appel et réponse", des voix de nez et des improvisations instrumentales en solo; elle trouve ses racines dans les danses rituelles d'Afrique de l'ouest, bien que les éléments rituels n'aient pas survécu dans la biguine haïtienne; la biguine orchestrée - est originaire de Saint-Pierre et remonte au XVIIIe siècle ; elle est fortement influencée par la musique française bien que les paroles soient généralement en créole. Ayant évolué à partir de la musique française à cordes, la biguine a gagné la métropole française dans les années 1920. Des vedettes comme Alexandre Stellio et Sam Castandet sont vite devenues populaires. Son succès dans d'autres pays s'est rapidement estompé, mais elle a gardé une grande vivacité dans la musique populaire à la Martinique jusqu'à ce que le compas l'eponge un peu dans les années 1950 et que des artistes de mini-jazz comme Les Gentlemen et Les Vikings de Guadeloupe deviennent populaires à la fin des années 1960. Dans la dernière partie du XXe siècle, des musiciens de biguine comme le virtuose de la clarinette Michel Godzom ont aidé à révolutionner le genre. La Biguine moderne, forme pop de cette musique, a remporté quelques succès pop à la Martinique, particulièrement des artistes comme Kali, qui combine ce genre avec le reggae.Kadans:Dans les années 1970, une vague d'immigrants haïtiens à la Martinique ont apporté avec eux le kadans,(le kadans était joué en Haïti par Weber Sicot sous le nom de kadans rampa. Le kadans rampa c'est le même rythme qu'avait inventé Némours Jean-Batiste sous le nom de kompa direc, mais comme ils étaient en forte concurrence Sicot dénomma sa musique kadans rampa) une forme sophistiquée de musique qui a rapidement balayé l'île et a participé à la réunion des anciennes colonies françaises de la caraïbe en combinant leurs influences culturelles. Ces Haïtiens ont prolongé le succès du mini-jazz avec des artistes comme les Gentlemen, les Léopards et les Vikings de la Guadeloupe.Zouk:Le zouk originaire de la Guadeloupe est apparu au milieu des années 1980, combinant les musiques européenne, africaine et indienne. Dans le zouk les éléments de gwo ka, de tambour, de ti bwa et de biguine vidé sont prédominants. Bien qu'il y ait de nombreux styles de zouk, il existe quelques points communs. Le créole de la Guadeloupe et de la Martinique en est un élément important et constitue un trait distinctif de cette musique. En général, le zouk est centré autour de chanteurs vedettes sans qu'il soit fait grand cas des autres musiciens et se ramène presque exclusivement à des enregistrements en studio.L'orchestre Kassav' reste le groupe de zouk le plus connu. Kassav' a introduit les influences des danses quadrilles (appelé haute-taille en Martinique) et bal granmoun, des biguines et des mazurkas, ainsi que des influences antillaises plus contemporaines comme les rythmes du reggae et de la salsa. Des concerts publics de zouk ont très tôt emprunté aux traditions rock et heavy metal d'Europe et d'Amérique et le genre s'est étendu au monde entier, surtout dans les pays en voie de développement.Gwo ka moderne:Une version plus moderne de gwo ka est le gwo ka moderne, qui ajoute de nouveaux instruments allant du conga, du djembé et des chimes à la guitare basse électrique. Fondamentalement, tous ces styles utilisent pourtant les mêmes rythmes de base au nombre de sept comme le gwo ka populaire. Le légendaire groupe de zouk Kassav' a joué un rôle important dans la modernisation du gwo ka, conférant un crédit plus "policé" à un style considéré comme arriéré et simpliste; ils jouèrent au début dans un cadre gwo ka, reprenant des chants de la tradition carnavalesque gwo ka du mas à St. Jean et rendant même hommage au légendaire percussionniste traditionnel Velo dans leurs premiers albums.Les artistes Gwo ka modernes incluent Pakala Percussion, Van Lévé et Poukoutan'n, de même que des musiciens plus influencés par la pop comme Marcel Magnat et Ti Céleste, tandis que Gérard Hubert et d'autres ont mêlé le gwo ka et le zouk. Le plus célèbre artiste de gwo ka, toutefois, est William Flessel, dont le Message Ka de 1994 devient un tube international.Kompa:La musique de Guadeloupe et de Martinique est depuis toujours en inter-relation avec la musique haïtienne pour certaines raisons. Les nombreuses vagues d'immigration, participent elles aussi à ces échanges. Ainsi le kompa est arrivé dans les Antilles françaises, il y a déjà bien longtemps. Même si les groupes les plus fameux sont toujours haïtiens, le kompa est une des musiques les plus populaires pour danser aux Antilles.Ragga ou Dancehall:Le zouk n'est pas le dernier genre musical à avoir bouleversé la société antillaise : ainsi, aujourd'hui, la musique la plus populaire dans son temps chez les jeunes de la Guadeloupe et de la Martinique est le Ragga. Le ragga est un genre musical issu de la Jamaïque mais qui est très implanté dans les Antilles françaises. Ainsi après la scène jamaïquaine, c'est en Guadeloupe et en Martinique que l'on rencontre les artistes et les groupes de ragga les plus prolifiques de la planète.Zote ja conète !!!
Aucun concert enregistré.
Le groupe ZIP'O commence avec la rencontre de Patrick MARIE-JEANNE ( Pat’m-j )Auteur, Compositeur, Interprète et Véronique Obidol ( Lïor ), chanteuse de gospels et négro spirituals. Fessons un petit retour en arrière. Dans les années 80 Pendant plus de 10 ans avec son compagnon de route GUY St VAL le « poto-mitan » du groupe ONYX, Pat’M-J est membre du groupe et parallèlement membre de plusieurs groupes et orchestres de Paris.En 1998 il réalise son premier album solo « le seul Héritage » avec des musiciens comme Hermane FLERET, Jean pierre ZABULON , Chantal FERNAND, Patsy JEREMY, Thierry DOUMERGUE…En 1999 il réalise son rêve, il monte son propre groupe « SENSATIONS » La formation reste soudée pendant cinq ans. En 2004 Pat’m-j rencontre Véronique OBIDOL ( Lïor ). De là naît une complicité et dans un même temps le groupe ZIP'O. Il développe un concept métissé de différents styles musicaux qui donne un nouveau son. Ils exploitent tous les thèmes d'actualité avec un souci de faire passer des messages de paix, d'amour, d'amitié, de lutte contre la drogue et d'injustices.Le groupe passe en revue et interprète en live les principaux rythmes actuels ainsi que ses propres compositions. L’année suivante, Pascal OBIDOL (Pako) vient apporter sa contribution, Sa voix de velours l'impose comme le crooner des Caraïbes, et outre ZIP’O, il participe à de nombreux disques des groupes comme Expérience 7 , Zouk Machine en qualité de guitariste ainsi que Pascal Vallot et bien d’autres. Mais d'où vient le nom ZIP'O? Ne cherchez pas, le nom du groupe est chargé de mystères.La devise ZIP'O: "Toujours aller au devant du public car c'est lui le véritable juge. Notre album est en cours de réalisation mais pour le moment place au live avec le son ZIP'O. Pat'M-J & Lïor, tel: 06.60.10.24.56 ou 06.60.07.00.01 groupe.zipo@hotmail.fr COMPLEMENT D'INFORMATION CONCERNANT Lïor et Pako:En ce qui concerne notre chanteuse Lïor, en Martinique pendant 3ans elle suit un cursus lettre et langues étrangères sans oubliés le domaine artistique où elle job comme mannequin et suit des cours au Sermac section danse bèlè et modern jazz pendant 2ans.Elle revient sur Paris pour finir ses études avec un BTS Tourisme et là rencontre son 1er groupe de Gospel qu’elle intègre « Les Gospel Voices ». Le groupe collabore beaucoup avec Nicoleta à l’époque et est à l’origine du projet « Gospel pour 100voix » qui réunit plusieurs chorales parisiennes.Elle intègre ensuite la célèbre chorale des Gospel Chord Singer pour enfin finir avec une chorale gospel intimiste Les Ométis gospel avec qui elle fait différents plateaux TV en accompagnant Carole Fredericks, Michel Fugain entre autres… comme TARATATA d’Alexandra Kazian, Tapis rouge de Drucker, l’Ophelie Winter Show, ou les Césars….Cette période est très marquante pour la chanteuse car c’est le negro spiritual qui imprège sa tessiture de voix et forge sa personnalité vocale et ce timbre chaud.Dès et jusqu’à lors, c’est empreint de ses sonorités qu’elle travaille avec les groupe ZIPO Caribean Band, orchestre très apprécié à Paris et ZOUK Machine, girls band caribéen de renommé détenteur du tube et disque d’or MALDON, en qualité de chanteuse-choriste danseuse. Elles se produisent sur les quelques plus belles scènes parisiennes comme l’ELYSEE MONTMARTRE et engrengent une tournée d'été en 2009 de 40dates partageant l’affiche avec FRANCKY VINCENT. Avec Pascal Obydol elle se consacre maintenant et en parallèle de ces activités actuelles à son projet personnel le groupe 7idylle un ravissant havre musical incontournable...PASCAL passe sa petite enfance en Guadeloupe jusqu’à ce qu’il parte à New York (Etats-Unis), qu’il y soit scolarisé et qu’il y prenne des cours de musique. Par la suite il retourne sur Paris afin de poursuivre sa formation et entre à l’American School Of Modern Music pour suivre une prépa d’une durée de deux ans à un diplôme d’arrangeur de musique.Dès son implication dans le milieu de la musique ; Il participe à de nombreux événements soit : ANTILLES SUR SEINE film de Pascal Légitimus en qualité d’auteur-compositeur et chanteur sur un titre de la BO ainsi qu’acteur figurant ; Il participe aussi à quelques festivals : Créoles Blues et Lokans Voix Sacrées en tant qu’artiste chanteur. Il fait aussi l’avant-première d’un des concerts de MALAVOI et du TRIO ESPERANZA au Centre des Arts et de la Culture de Guadeloupe et de Zouk Machine à Paris (en son nom propre). Il collabore de nos jours avec de nombreux artistes référencés qui le sollicitent : Expérience 7 et Zouk Machine en qualité de guitariste ainsi que Daan Junior, Pascal Vallot et bien d’autres en tant que chanteur choriste….De même, il sait étendre ses aptitudes et s’adapter à la conjoncture de la profession en intégrant les comédies musicales « La Légende Du Roi Lion » à Disney land Resort , « La Rue Zabym » aux Palais des Congrès à Paris ainsi que « Solitude La Marronne » au Centre des Arts de Guadeloupe.Ses objectifs sont cependant définis, et tout en travaillant et collaborant avec ses homologues, il compose beaucoup et se concentre vraiment sur le developpement de son univers musical et de ses répresentations..."Artistiquement"

slimanmah
des étoiles
slimanmah - 26/01/2011 à 21:54
je te souhaite une bonne soirée

bizzare

bizarre ,c'est un poème que je viens de rajouter

sur ma biographie je souhaite a tous mes

amies/is bonne lecture et surtout n'oublier

pas de votez pour moi merci d'avance sliman azka



http://www.zicmeup.com/artiste/soleil-itij/
7idylle
super groupe
7idylle - 02/06/2010 à 00:47
Ce groupe a beaucoup de fans qui attendent d'entendre leurs morceaux préférés alors ne nous faites pas languir trop...

pleins d'etoiles

Aucune video sur cette fiche.
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.

> Créer un compte <
Vous devez être connecté pour pouvoir ajouter ZIP'O à votre liste d'ami.