Connexion

Fermer
Vous ne possédez pas encore de compte sur Zicmeup ? Inscrivez vous ici
My ZicMeUp Hits Artistes Concerts Concours Métiers Services
MATMATAH Rock
MATMATAH
Ajouter à ma fanlist Laisser un commentaire Encourager cet artiste
J'aime
Player
> Sa place dans le hits :
  - général
  - Brest
  - Pop/Rock
MATMATAH ne possède pas de boutique.
Onze ans d?existence, quatre albums (La Ouache, Rebelote, Archie Kramer et maintenant La Cerise, un disque live (Lust For A Live): le simple bilan chiffré résume à peine la santé pétaradante de Matmatah. Le groupe de Tristan Nihouarn, Cédric Floc?h, Eric Digaire et Benoît Fournier ? qui les a rejoint il y a quatre ans à la batterie ? trace sa route, en toute indépendance, au rythme alterné d?un disque et d?une tournée tous les deux ans. En 2006, le quadrige brestois a même doublé la cadence en décochant sitôt le dernier concert terminé, un petit recueil de six titres inédits sous karma indien, « And Time Goes Friendly » né sur les routes des épices. L?histoire du rock l?a souvent prouvé : à ce rythme, la majorité des bands de rock se grillent en moins de trois ans. Pas Matmatah. Ce groupe est une véritable dynamo. En donnant de l?énergie sur scène, il recharge ses propres batteries pour l?album à venir, trouve de nouvelles voies à défricher pour aérer sa musique et en pimenter les règles du jeu. Il faut au moins ça pour entretenir le désir. ? On entend souvent les artistes dire « Un disque c?est un peu comme un bébé ». C?est inexact : une fois qu?il est gravé, un disque ne grandit jamais. Il est figé? comme un polaroïd. Seuls les concerts peuvent faire évoluer les chansons. Dans Matmatah, une fois un album terminé, ce sont surtout la tournée et l?album suivant qui nous obsèdent. On n?aime pas s?attarder sur le passé.?



En regardant devant, Matmatah a fait des pas de géant depuis La Ouache. En corrigeant ça et là des malentendus et en s?associant avec les bons hommes de son ? Daniel Presley (Faith No More), Head (PJ Harvey), Emmanuel Casals (Gotan Project), les quatre ont touché un premier bout de grâce sur Archie Kramer, le troisième volume de leur discographie. Propulsé par le single Au Conditionnel et soutenu dans une tournée au long cours, le groupe y a abouti jusque dans les moindres détails sa posture musicale. On le sait depuis, Matmatah n?a rien à faire des notions d?avant-garde ou de poses expérimentales, il se contente de croire aux valeurs fondamentales de la musique : le plaisir, la joie simple d?une composition imaginée, vécue et jouée avec le c?ur. Toute l?identité du groupe est là, dans un art de vivre ses chansons, de citer ceux qui habitent leur discothèque et leur imaginaire sans se planquer derrière des écrans de fumée esthétisants. C?est dans la manière, la malice, le coup de pinceau, que Matmatah signe sa singularité aujourd?hui incontestable.



En ouvrant sur la chanson titre La Cerise, ce quatrième album porte immédiatement la marque de fabrique de ses géniteurs. Il en prolonge l?esprit dans des chansons traditionnelles du registre « matmatien »? ces tranches de vie désopilantes où le groupe passe l?absurde à la moulinette (Crépuscule Dandy, Basta Les Aléas), mais surtout dans cette habileté à se jouer des influences pour les télescoper entre elles ou les téléporter dans des univers insolites. En osmose avec le réalisateur Thierry Garacino et le mixeur Scott Greiner, Matmatah s?invente son monde idéal en organisant des rencontres intimes entre les genres, dans un superbe écrin sonore vintage respectueux des grains et des justesses de goûts. L?art du talk-over y fusionne avec les constructions biscornues de Jimmy Page (Le Festin De Bianca) ; à mi-chemin entre un Lennon 71 et un Bowie 72, un ruisseau de cordes glisse sur la chute de rein d?un piano (Entrez Dans Ce Lit) ; un ciel de plomb écrase l?homme à la tête de choux (La Fleur De l?Âge), Iggy Pop danse le mambo (La Serpeta Del Barrio) et Muddy Waters joue avec un orchestre délibérément foutraque sur Pony The Pra ? une pièce explosée en quatre temps inspirée d?un texte du Book Of Blues de Jack Kerouac.



Ludique et aventurière, rigoureuse et érudite, cette Cerise réalise non seulement la meilleure émulsion entre les aspirations personnelles du groupe et les disques qui ont compté pour lui, mais elle révèle aussi des talents d?écriture jusqu?ici plus pressentis qu?avérés. Dans cette grosse dizaine de chansons, Matmatah a manifestement franchi un cap dans l?évocation, la teneur cinématographique, la volonté narratrice de ses textes. Chaque chanson y résonne comme une petite nouvelle de quatre minutes, brassant les histoires de fâcherie conjugale, sondant la beauté effrayante des cicatrices du temps, cartographiant les chemins de l?expérience, du don de soi, de l?amour et de la liberté. « Now We Have A Pen » chante Matmatah dans la langue des Beatles? On confirme.



Aucun commentaire sur cette fiche.
Aucune video sur cette fiche.
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.

> Créer un compte <
Vous devez être connecté pour pouvoir ajouter MATMATAH à votre liste d'ami.