My ZicMeUp Hits Artistes Concerts Concours Blog Métiers Services
A A

Vendredi 1 juin 2012 par admin  
classé dans Artistes, Portraits, Promotion

  • MySpace
  • Facebook
  •  Viadeo
  • Google
  • E-mail this story to a friend!
  • Digg
  • Yahoo
  • Live
  • del.icio.us
  • LinkedIn
  • Technorati
  • TwitThis
  • Wikio FR
  • Scoopeo

Julien Lamassonne est un véritable touche-à-tout : auteur, compositeur, interprète, arrangeur, pianiste et guitariste, on peut dire que ce parisien a plus d’une corde à son arc.

Ecumer les bars avec ses compositions Pop/Rock depuis plus d’une dizaine d’années lui a conféré une certaine aisance sur scène, et lui permet de réaliser son rêve de toujours : avoir un réel partage avec le public.

En tant que pianiste, guitariste ou choriste, il accompagne des artistes comme Barbara Scaff, Andy Chase, Sébastien Roch, Arthélie, Another Road (spectacle musical autour des chansons des Beatles) ou encore MontparnassE, dont il compose et arrange le dernier album.

Julien Lamassonne se consacre également à des rôles dans des spectacles pour enfants (SolEnCirque, ou encore Le Magicien d’Oz, produit par Dove Attia et Albert Cohen)

Aujourd’hui, il fait partie de la troupe de la comédie musicale Dracula (de Kamel Ouali) aux côtés de Julien Loko, tout en continuant son parcours solo.

Toutes ces qualités d’artiste complet qui lui permettent de venir défendre sa place lors de la Grande Finale !

Vous retrouverez Julien Lamassonne le 17 juin sur la prestigieuse scène de l’Alhambra à Paris pour la Grande Finale, ainsi que sur son Myspace Officiel.

Continuez d’encourager Julien Lamassonne sur zicmeup-tour.com !

Lundi 6 septembre 2010 par admin  
classé dans Chroniques

  • MySpace
  • Facebook
  •  Viadeo
  • Google
  • E-mail this story to a friend!
  • Digg
  • Yahoo
  • Live
  • del.icio.us
  • LinkedIn
  • Technorati
  • TwitThis
  • Wikio FR
  • Scoopeo

Commentaires fermés

Paye-t-on la musique à son juste prix ?

Chers amis,

Voilà une saison qui démarre sur les chapeaux de roue ! Concerts, rendez-vous et projets ont ponctué la semaine qui vient de s’écouler. On évoque déjà des dates de spectacle pour l’été 2011 ! Pas le temps de s’ennuyer ces jours-ci. C’est très bien ainsi et je vous souhaite tous de connaître le même degré d’activité. Cela fait énormément de bien à l’esprit.

Cette semaine je voudrais aborder avec vous, le vrai prix de la musique.

En plein cœur de l’été, alors que Paris était dépeuplée, je suis allé deux fois dans la même semaine au cinéma. Le premier film que j’ai vu était une comédie policière américaine, comportant de gros moyens techniques et des effets spéciaux à foison. Pour un jour gris de juillet, ce fut parfait. Ma seconde sortie fut réservée à un film d’animation projeté en 3D, lunettes obligatoires et effets garantis. Mais, Ô surprise, à la caisse on m’a demandé un sus de 2 €, afin d’être équipé correctement et de pouvoir apprécier le spectacle à sa juste valeur.

Pourquoi m’a-t-on fait payer d’une part des lunettes, mais pas les feux d’artifice d’autre part ? Etrange, non ?

Vous aurez remarqué, comme moi, que quel que soit le type de production que vous désirez voir, le prix de la séance de cinéma est toujours le même. Un film intimiste sera à un tarif équivalent à une super production hollywoodienne.

Qu’en est-il de la musique ? Trop souvent, j’entends de jeunes artistes, auto-produits, parler du prix qu’ils ont payé pour obtenir leur 500 CD, pressés pas cher en Inde ou je ne sais où, avec aucun moyen de contacter un SAV quelconque en cas de problème. Imaginons que le prix de revient d’un disque soit de 3 €. Vous vous rendez chez un distributeur qui vous demandera ce que vous souhaitez gagner sur chaque galette. Sachant que la répartition est en gros de 33 % pour le producteur, 33 % pour le distributeur et de 33 % pour le vendeur, vous ne pouvez décemment pas demander plus de 5 €, sinon votre CD sera mis en vente à un tarif prohibitif et vous n’en vendrez aucun ou presque.

Vous vous retrouvez ainsi dans les bacs aux cotés de Bruce Springsteen et de Pascal Obispo aux alentours de 15 €.

J’ai retourné le problème à l’envers et me suis posé la même question pour un autre secteur industriel. Prenons l’automobile, par exemple. Lorsque vous achetez une voiture, dans le prix vous payez toute la chaîne de production : Recherche et développement, designers, constructeurs, usine, sous-traitant, vendeurs… Ce qui fait que plus vous avez un produit haut de gamme, plus vous payez cher. Ceci ne choque personne ou seulement ceux qui ne peuvent pas s’acheter de luxueuses berlines allemandes. Pourrait-on imaginer un prix unique et trouver des BMW au même prix que des Tata ? Non, bien sûr.

Le disque est en pleine crise, ça on le sait depuis plusieurs années à présent. Le CD ne sera bientôt plus qu’un objet publicitaire dont les artistes auront besoin comme d’autres de cartes de visite, nous dit-on.

Le disque se vend beaucoup trop cher ! Ha bon ? Voici quelques tarifs glanés ici ou là, auprès de mes camarades (petits) producteurs : Une semaine de studio 3 000 €. Une semaine de Mixage 3 000 €. Une journée de mastering 1 000 €. Pressage de 1 000 CD = 2 000 €. Un attaché de presse : 3 000 €. Un clip 1 500 €. Des encarts publicitaires : 1 500 €… Une fois que vous avez dépensé vos 15 000 € et que votre distributeur vous propose 5 € par CD vendu, lorsque le stock sera écoulé, vous n’aurez gagné que 5 000 €…

Au moment de la sortie de son dernier album « J’accuse », Damien Saez faisait remarquer qu’en tant que producteur de ce disque, il faudrait qu’il en vende au minimum 150 000 exemplaires, pour commencer à gagner le moindre centime. A ce jour il doit avoir fait la moitié du parcours. En tant qu’auteur compositeur interprète et sans doute éditeur, son banquier n’a pas trop d’inquiétude à avoir…

Sur les plateformes de téléchargement le problème est identique. Tous les titres sont à 0,99 €. Une nouveauté ou une chanson sortie d’un back catalogue, même tarif !

Votre travail, chers amis artistes, a un prix. Il ne me choquerait donc pas qu’une nouvelle chanson vendue à l’unité le soit à un prix plus élevé et à l’inverse un titre gold le soit à moitié prix.

L’uniformisation tarifaire pousse à fabriquer de la musique « sous–produite », afin de faire des économies d’échelle et de pouvoir gagner, encore, un peu d’argent sur les ventes physiques. Jusqu’à quand ?

Bonne semaine.

Olivier

Lundi 26 avril 2010 par admin  
classé dans Chroniques

  • MySpace
  • Facebook
  •  Viadeo
  • Google
  • E-mail this story to a friend!
  • Digg
  • Yahoo
  • Live
  • del.icio.us
  • LinkedIn
  • Technorati
  • TwitThis
  • Wikio FR
  • Scoopeo

Commentaires fermés

Ou