My ZicMeUp Hits Artistes Concerts Concours Blog Métiers Services
A A

J’attendrai !

Publié le Lundi 20 septembre 2010 par admin  


J’attendrai ! !

Ou

Pour réussir, il faut savoir patienter

Chers amis,

Il y a tout juste 4 ans, en septembre 2006 à la fête de l’Huma, je découvrais Madjo, sur la scène « Zébrock ». Cette jeune artiste, seule sur le plateau uniquement accompagnée de sa guitare et sa voix chaude et sensuelle, nous offrit un tour de chant de 45 minutes. Qui est-elle ? d’où vient-elle ? Questions sans réponses à l’époque. Cette semaine, sur France Inter, j’entends un extrait de son premier album, sorti quelques jours plus tôt.

Je me précipite sur le net. Oui, c’est bien la Madjo de La Courneuve. Elle aura mis 4 ans à sortir son disque, dans de bonnes conditions.

Qu’a-t-elle fait pour en arriver là ? Elle a beaucoup travaillé, écumé les bars et cafés, les petites scènes obscures, les petits festivals de province, jusqu’au jour où son bagage étant au point, elle put franchir le cap qui sépare le monde des débutants, des amateurs, des professionnels.

Ho ! bien entendu, la partie est loin, très loin d’être gagnée. Ce n’est pas avec un CD tout neuf et un passage au « Fou du roi » que l’on fait une carrière, mais tout de même.

Je me souviens de ce week-end de 2006. J’avais passé trois jours au pied de la scène mise à disposition de l’association de Seine Saint-Denis, qui met en valeur les talents émergents du département, et avais vu défiler une dizaine d’artistes, dont certains comme Agnès Bihl, déjà en route vers la reconnaissance du public et Syrano qui installait petit à petit son univers dans notre monde.

Que deviennent Lola Laffont et Marjolaine ? Qui a entendu les nouveaux albums de La canaille et de Sheeduz ? Même si ces artistes poursuivent leur chemin, celui-ci demeure confidentiel.

Au-delà du simple acharnement à réussir ce que l’on veut, il doit y avoir également à un moment, une résonnance large auprès du public, afin d’obtenir le succès. Bien entendu, vous pouvez devenir la vedette de votre quartier ou de votre commune, mais cela ne suffira pas à faire de vous un professionnel qui vivra de son talent. Il faut aller plus loin, étendre son emprise sur les auditeurs, sur les spectateurs.

L’éclosion au grand jour de cette nouvelle jeune chanteuse, amène tout de même un constat. Il y eut d’abord un CD 4 titres, sorti il y a plus d’un an, chez Casablanca records. Puis une signature chez Mercury et voilà le disque qui est produit par de belles pointures : Sylvain Lafargue et mixé à New York par Mark Plati. Epargnons-nous le détail des moyens promotionnels mis en place. Une fois trouvé le tourneur qui va bien, la voilà partie sur une bonne voie, non ?

Je rencontre beaucoup d’artistes qui souhaitent d’abord enregistrer vite, très vite un premier disque. Si le support est indispensable pour démarcher radios, presse, organisateurs de concerts, il n’est pas utile d’y mettre des moyens financiers démesurés. Quand on sait ce que coûte une journée de studio, on se dit qu’il vaut mieux parfois conserver un peu de ressources.

Je maintiendrai, jusqu’à ce que la réalité me prouve que je me trompe, que c’est sur scène avant tout qu’un chateur ou qu’un groupe se crée. Jamais sur un disque.

Je comprends que l’on puisse avoir envie de vendre des CD à l’issue de concerts. Cela fait toujours du bien de repartir avec quelques billets en poche, mais il ne faut pas compter uniquement sur le disque pour sortir.

Actuellement, je travaille avec Chardeau, chanteur animé d’une folie créatrice impressionnante. Il vient de sortir « Résilience », un 5ème album, d’une qualité de production exceptionnelle. Entouré de pointures tels Jerry Goodman ou Basile Leroux, il nous offre de belles pages musicales. 5 disques et presque pas de scène en France ! Peu nombreux malheureusement sont ceux qui connaissent Chardeau, à commencer par le milieu des diffuseurs qui ne comprend pas comment on peut produire autant, sans avoir le support du public pour avancer ! L’amour de la musique et une imagination débordante, associés à un peu de moyens suffisent.

Même si le temps vous semble être un ennemi, ne précipitez pas les choses. Ayez confiance, y compris lorsque vous êtes au creux de la vague. Prenez patience. L’exemple de Madjo est fort d’enseignement à ce sujet. Creusez votre sillon, préparez le terrain et semez ensuite. Je suis certain que vous finirez par récolter les fruits de votre travail.

Bonne semaine.

Olivier

www.oliviervadrot.com