Connexion

Fermer
Vous ne possédez pas encore de compte sur Zicmeup ? Inscrivez vous ici
My ZicMeUp Hits Artistes Concerts Concours Métiers Services
Avatar
Contacter
Originaire de : Villaines-la-Juhel
France Mayenne
Derniers sons :
Place dans les hits :

Presse

http://www.atkscity.com/atksnews/Interview-Mystik-Seydina_a14.html le 01-01-1970

Mystik Seydina, tout d'abord merci à toi de te prêter à l'interview pour le webzine indépendant "ATKs City News".

Pour commencer, pourrais-tu te présenter en quelques mots?
Bonjour. Je suis Mystik Seydina, musicien, chanteur, auteur et compositeur de nationalité africaine, région Sénégal, originaire d'un village Sérère à 70 km de Dakar qui s'appelle Ndut (Mont Rolland). Je suis panafricain et je lutte pour une unité africaine.

Que signifie Mystik Seydina ?
Mystik Seydina, c'est mon nom de scène. Le pseudo Mystik, c'est un mystère qui se trouve en moi et c'est aux autres de le dévoiler. Et Seydina, c'est le nom du Prophète Mohamed, un des envoyés de Dieu.

Quelles sont tes influences musicales?
Ma musique est venu seule. Petit, je chantais à l'église catholique et j'écoutais beaucoup de musique salsa et reggae. J'adorais écouter la musique d'Alpha Blondy, Lucky Dube, Burning Spear. Et le dernier qui m'a séduit, c'est Tiken Jah Fakoly. J'avoue que je suis un grand fan.

Quel a été l'élément déclencheur de ta passion pour la musique?
Ce qui a déclenché cette passion en moi c'est ma mère, qui ne cessé de m'inciter à chanter. Elle voyait l'amour et le talent que j'avais pour la musique.

En 1996, tu as commencé dans un style musical « rap » pour évoluer vers le « reggae », pourquoi?
Pour être précis j'ai débuté avec les rappeurs dans le groupe "Black Master Xibaar" et j'occupais les parties chants car je ne pouvais pas rapper. Mais ma belle voix m'a permis d'avoir ma place au sein de ce groupe, qui était composé de 3 personnes.

Raconte-nous ton parcours musical en quelques mots, s’il te plait.
Depuis 1996 j'ai toujours eu le temps pour la musique. Je lui ai donné tout ce qu'elle me demandait. J'ai fait de la musique un métier, pas une passion. Mon premier album, c'était en 2005. J'ai joué pas mal : concerts, festivals… La musique m'a permis d'apprendre aussi les métiers de technicien son, cameraman et monteur vidéo.

Par quoi es-tu inspiré lors de l'écriture de tes textes et de tes compositions musicales?
Mes compositions se basent sur mes thèmes. Je chante ce qui est réel, les actualités, les maux de la société. J'ai pour objectif de parler avec les jeunes qui se droguent, les gens qui souffrent, d'être leur défenseur et leur voix. Ils en ont besoin car le système oublie toujours l'autre classe sociale de la vie, je veux dire les pauvres, un peuple qui subit la dictature, l'intolérance, la corruption, l'injustice, l'inégalité, la discrimination.

Tes textes sont engagés et traitent des faits de société et de pauvreté, pourquoi avoir choisi ces sujets plus que d'autres?
Je suis africain. Je connais bien la misère et j'ai une grande mission et un devoir à accomplir envers mon peuple. Je dois le conscientiser, l’inciter au développement, car il est grand temps que mon peuple se réveille. On n’est pas pauvres. On a toutes les opportunités. Les autres peuples abusent et profitent de nous car on est désunis.

Pourquoi as-tu choisi d'être un artiste engagé?
Ce n'est pas un choix. C'est une obligation, de par ma mission.

Parle-nous de ton engagement pour le Sénégal, s’il te plait.
Mon engagement est pour le monde entier. Mon seul rêve c'est de voir un jour une Afrique unie et un monde paisible et sans guerre.

Parle-nous de ton deuxième album « Y a que l’espoir » sorti en mai 2013, enregistré en France par ton propre label (Gaindé Culture) en co-production avec Sistalau Production.
L'album a été enregistré en France avec Sistalau prod et mon label Gaindé Culture en trois mois de travail. Il est disponible depuis le 10 mai 2013. C’est est un zoom sur les malheurs de l'Afrique et ce qui se passe dans le monde. Il est composé de 14 titres avec des thèmes éducatifs. Sa réalisation n’a pas été difficile car les thèmes et les compostions étaient déjà là.

Quand as-tu créé ton label ?
Mon label est né à la sortie de mon premier album, en 2005.

Comment ce projet d’album est-il né ?
Le projet est une co-production Gaindé Culture/Sistalau Prod.

Comment la réalisation de ton clip « Homeless » s'est-elle organisée?
La réalisation du clip Homeless n'a pas été difficile. Je connaissais déjà la vie d'un sans-abri. Avec peu de moyen on est passés à sa réalisation, qui demandait de montrer la réalité de la vie d'un sans-abri dans la rue.

Parle-nous du titre « Homeless »?
Homeless signifie « sans-abri ». Puisque personne ne se soucie d'eux, ils sont exposés à des risques chaque jour. On doit pouvoir les prendre en charge et les réinsérer dans la société. Ils en ont besoin. Imagine ce qu'ils endurent dans la rue pendant l'hiver et sous la pluie.

Quels sont tes projets en cours et/ou à venir?
Un autre album est en cours de réalisation. Mon label Gainde Culture a l'objectif de produire de jeunes musiciens qui n'ont pas encore la chance d'exploiter leur talent.
Vous pouvez aller voir ma chaine youtube pour découvrir ces talents : www.youtube.com/mystikseydina

Un message à faire passer à l'humanité?
Beaucoup de tolérance entre les peuples et les religions, ce sera une chose que je vais beaucoup apprécier. On est trop divisés.


Portrait chinois. Si tu étais:
Une cause à défendre?
Le respect de chacun envers son prochain
Un instrument de musique?
Guitare
Une couleur?
Vert
Un mot?
Paix
Un lieu?
Rendez-vous en Afrique pour fêter l’unité africaine.

La vidéo -Homeless ( help them ) Official Video-