Connexion

Fermer
Vous ne possédez pas encore de compte sur Zicmeup ? Inscrivez vous ici
My ZicMeUp Hits Artistes Concerts Concours Métiers Services
Avatar
Contacter
Originaire de : Aubervilliers
France Seine-Saint-Denis
Derniers sons :
Place dans les hits :

Biographie

Femme, mère de famille, artiste de dancehall,...Elle est tout cela. Après presque dix ans de carrière, Lady Sweety revient avec un album éponyme qui lui ressemble. Intelligent, drôle, sensible et plein d'énergie. Musicalement, Sweety ouvre une brèche. Une touche de r&b, de hip-hop, une pincée de slam et bien sûr un ancrage dans le reggae et le dancehall. L'aventure de ce nouvel album démarre il y a deux ans. L'immense succès de sa collaboration avec M.Pokora (Un disque d'or, deux NRJ Music Awards) décide Lady Sweety à se remettre à flot. Seule, elle apprend puis apprivoise les logiciels de prise de son et enregistre chez elle des ébauches de titres. Ces maquettes seront la base de cet album. Dans ce nouvel opus, Sweety reste farouchement accrochée à sa musique le dancehall. On retrouve sans surprise à la mise en son Scorblaz (Admiral T, Lord Kossity, Krys,...) Parallèlement, cet album est une porte ouverte à d'autres genres musicaux. Kore (Raï N B Fever, Booba, M.Pokora, Leslie,...) le petit génie de Kilomaître Prod, Wealstarr et enfin Elio (Diam's, Vitaa.) invités derrière les consoles apportent leurs touches à l'univers de Lady Sweety. De la trentaine de titres enregistrés cette forcenée des studios ne va en garder que douze. Cet amour du travail bien fait ne date pas d'hier. Dés l'âge de cinq ans, Sweety, pratique le Gwô-Ka (une danse traditionnelle) en Guadeloupe et monte déjà sur scène. C'est à Brixton, au début des années 90 dans le quartier jamaïcain de Londres, qu'elle découvre le dancehall. Pour la jeune guadeloupéenne, élevée au Zouk, au Compa et à la Salsa c'est une révélation. La relation directe avec le public, véhiculer des messages : voilà ce qui plaît à cette fille volontaire. De retour en France, Sweety enchaîne les petites scènes et les sound systems et s'impose au culot. Sa ténacité va être récompensée, après un premier LP sorti à L'Ile de La Réunion, par une signature en major. En 2002, Sweety ira pour la première fois en Jamaïque pour finaliser « Tes valeurs » son premier album en major. Là-bas, à Kingston, elle croise Sizzla Kalonji, la légende vivante du dancehall. Impressionné et séduit par l'envie de la Française, il accepte de chanter avec elle. De cette improbable rencontre naît l'excellent titre ?Bring All Your Lovin'. Porté par ce titre fort, l'album ?Tes Valeurs? remporte un immense succès d'estime. Sweety participe aux premières parties des tournées françaises de Jah Mason, de Gladiator et d'Israël Vibrations ! Naturelle et pétillante, la scène se révèle être un de ses points forts. On l'invite au Jamaïcan Sunrise Festival à Avignon, le Reggae Garance Festival à Bercy et surtout les Francofolies de La Rochelle dont elle sera nommée Révélation en 2003. Ses confrères ne s'y trompent pas (?Ragga Fever? de Cut Killer, ?Dis L'Heure de Zouk?, ?Dis L'Heure de Ragga-Dancehall?, ?Raï N B Fever 2?...) et veulent tous un couplet de la Lioness. D'autant que le petit goût dancehall qu'elle injecte dans ces titres, les transforme chaque fois en tubes. Par exemple, ?On ne sait jamais? avec Leslie et Magic System sera le titre plus joué sur les radios françaises en 2003, sans parler de son duo avec M.Pokora dans ?Elle me contrôle? ! De retour cette année l'album se veut du « Lady Sweety millésime 2007 » : d'abord, dans « dancehall », il y a « dance » et Sweety sait y faire ! D'emblée sur la première plage, « Kä Feel », avec le monstre des dancefloors Big Ali, on est plongé dans le bain. Ce qui n'empêche pas de sourire comme avec le décalé « Chewing Gum » ou l'énorme clin d'--il « Girls » tourné en dérision grâce à la participation de M.Pokora .. Ensuite, la performance, l'essence du dancehall, n'est jamais en reste. Des titres comme « Le Feu » ou « Ils veulent savoir » attestent d'une technique sans faille. Diam's est l'unique invité rap de l'album : ces deux là ont des parcours proches. Chacune s'est imposée avec brio dans des milieux masculins. L'échange virevoltant de rimes entre Miss Diamant et La Lioness dans « Pas le temps» en est la preuve ! Enfin, la plume de ce petit bout de femme sait également être plus sensible. Dans un slam, Sweety rend un hommage digne à une figure historique de la résistance des esclaves noirs en Guadeloupe, "Solitude, la Mulatresse". Lorsqu'elle parle d'amour dans « Un homme seulement » c'est également tout en retenue. « Quand tu as connu l'amour et la joie que ça peut apporter », explique-t-elle, « tu as envie de le partager. J'ai juste voulu faire partager l'amour que j'ai ressenti.» Artiste de dancehall à part entière, Lady Sweety , tour à tour chante, rappe, toaste et déclame avec la même envie. C'est en définitive elle qui en parle le mieux. « C'est un album ouvert avec mes fou rires, mes peines, mes angoisses et surtout mes espoirs. ONE PERFECT LOVE XXX