Connexion

Fermer
Vous ne possédez pas encore de compte sur Zicmeup ? Inscrivez vous ici
My ZicMeUp Hits Artistes Concerts Concours Métiers Services
ERIK PEDURAND Antilles
ERIK PEDURAND
Ajouter à ma fanlist Laisser un commentaire Encourager cet artiste
J'aime
Player
> Sa place dans le hits :
  - général
  - Paris 1er Arr
  - World
Aucune image enregistrée
Aucun concert enregistré.
07 mai 2010

Nocturne Foire de Paris

30 avr 2010

Album "Chayé Kow", sortie nationale

Aucun commentaire sur cette fiche.
Chantant en créole, en français et en anglais, Erik surprend par sa technique vocale, par l'agilité et la fluidité de son flow.

Acoustique, sa musique est empreinte de la richesse et la subtilité musicale caribéenne (gwo ka, reggae) mais aussi d'influences plus larges (soul, jazz, hip-hop, afro-beat ou encore chanson française). Jeu constant avec le rythme, musicalité des mots et des sons, richesse et profondeur des textes, Erik suscite aussi l'émotion de son public par la sincérité de ses interprétations...

Son 1er album "Chayé Kow", a été plébiscité à la fois par le public et les professionnels.

Erik a  été sélectionné pour les « Coups de Pousse » du Festival « Villes des musiques du monde » (novembre 2008) et a d?ores et déjà le soutien du magazine Mondomix, de FIP, de RFI et de nombreux médias afro-caribéens, ainsi que d'organismes tels que la Sacem.

Il a été nommé Espoir Fnac et Mondomix 2009, et biensûr, Révélation de l'Année 2009 aux Trophées des arts Afro-Caribéens. Après avoir foulé les plus grandes scènes : l'Olympia en 1ère partie, les Francofolies de la Rochelle, la mythique scène de LAKASA en Guadeloupe et l'Atrium en Martinique, après une scène Bastille et un New Morning à guichet fermé, il sera le 4 juin prochain à La Cigale!

www.myspace.com/erikofficiel

Clip si ou pa la


Clip tube "si ou pa la" , mai 2009


Mal


Clip version unplegged, Mal 2009


Voir les 3 videos

MONDOMIX (15-11-2008)

Sa voix a déjà fait craquer les Antilles. Mais c’est ici, en métropole, que le talent d’Erik est en train d’imposer toute son envergure. Échappant au piège d’une fabrique de produits formatés radio-télé-doudou, il a traversé l’Atlantique et marqué son territoire dans la jungle parisienne.

Au hasard d’un couloir de métro, Erik rencontre Siam Lee. La musique qui l’habite trouve enfin le chemin de son expression d’artiste. Mus par la même passion et la même exigence, les deux garçons construisent un langage musical en phase avec leur temps.
En créole, en français, en anglais, Erik écrit des textes écorchés. Multi-instrumentiste, Siam a le génie des arrangements. La voix profonde du chanteur, il la met en espace. Comme s’il maniait une caméra libre de ses mouvements, il trace les couleurs, modèle des paysages.

L’imaginaire d’un artiste n’est jamais aussi riche qu’avec une forte assise le laissant vivre pleinement sa création. Manuel Mondesir, héritier de la tradition du bèlè, met sa réputation de guitariste compositeur et son étoffe de producteur au service de cet équilibre. Erik a vingt-deux ans, ses compagnons à peine un quart de siècle. Ensemble, par l’énergie de leur passion, ils se donnent les moyens de vivre et nous faire vivre une aventure sans précédent.

Son premier album, Chayé Kow (2008), est un chef d’œuvre au plein sens du terme : en tant qu’œuvre initiale et parce qu’il présente, dans une créativité à la fois unique et multidimensionnelle, toute la palette des sons et styles que leur inspire la Caraïbe d’aujourd’hui. Une fulgurante démonstration de talent !

François Bensignor
TRACE (30-01-2009)

La nouvelle musique caribéenne, qui revisite les fusions (mais n’est- ce pas le propre de la musique caribéenne ?) a un visage… jeune. Celui d’Erik. Ce guadeloupéen de 23 ans, qui a grandi à Bergevin (il le dit dans un sourire qui en dit long sur la mauvaise réputation du quartier) à Pointe-à-Pitre, promène son regard un peu triste sur la ville. Paris est sa terre d’élection depuis quelques années. Une terre choisie, mais vécue comme un passage obligé, « une sorte de rite initiatique ». Erik a la mélancolie à fleur de peau, à moins qu’elle ne soit accrochée à sa plume d’auteur compositeur sensible.
Son sourire est grave, comme sa voix qui sait aussi chercher très haut les notes qui diront l’exil, le voyage, l’envie de liberté ou l’ « acculturation ». Le mot d’ailleurs trébuche au bord de ses lèvres, comme s’il lui faisait un peu mal.
Oui, Erik est le témoin et le porte-parole d’une génération. En ce samedi 6 décembre, il n’est qu’à regarder comment la salle du New Morning (mythique jazz club parisien) est remplie de ces antillo- guyanais de moins de 25 ans, pour comprendre que dans ses textes et sa musique, il parle d’eux. Mais il parle aussi des plus grands, ceux qui sont venus là avant, faire des études, suivre la famille, bref… accomplir le parcours que tout antillo-guyanais fait un jour dans sa vie !

Erik en est à son premier album, concocté avec le savoir faire et l’enthousiasme d’amis musiciens aussi passionnés que lui. Manuel Mondésir d’abord, jeune martiniquais au sourire généreux qui dévergonde sa guitare sur des accords classiques autant que bèlè (il a fait deux albums de bèlè fusion avec son père ), que soul ou jazz, qui signe la réalisation de l’album et la production exécutive avec Siam Lee. Siam Lee (à la basse) qu’Erik a rencontré dans un magasin, puis dans le métro (lui laissant son numéro, puis ne le reconnaissant pas… bref … THE histoire, tu vois !) ; Jussi Paavola, le finlandais qui sait jouer de la biguine avec sa flûte et son sax ! Une fine équipe « au service d’Erik » explique Manuel en VRP du groupe, plus habitué aux micros.
Il garde le sourire, lui qui a du mal à faire passer la musique d’Erik sur les radios de jeunes qui trouvent « ça un peu adulte ». « Mais on rassemble les générations » assure t-il avec justesse. Et à écouter l’album d’Erik de plus près, on en est convaincu. Une touche de reggae, un brin de sensualité (à la manière de Saian Supa Crew avec Angela), du jazz caribéen, des violons qui rappellent parfois Dissonance, des intonations à la Gage (sauf qu’elles sont en créole), des approches très nu soul à la D’Angelo ou Jill Scott, du jazz caribéen et puis cette voix à la chaleur et à la technicité spontanées en même temps que maîtrisées, toujours avec cette vision très personnelle. Erik… à découvrir décidément !

A noter : Erik sera en showcase à la Fnac des Halles à Paris le 20 Février à 17h30.
Passion Kreyol (28-12-2008)

Après la sortie de la compilation Atypik Soul en 2006 et notre découverte d'Erik, ce jeune artiste de 23 ans né en Guadeloupe, nous avions hâte d'entendre son premier album. Il nous aura fallu attendre novembre 2008 pour écouter « Chayé Know » édité sur le label Awimusic et distribué en Guadeloupe par Chabine Prod.

Il nous propose de partager son univers musical à travers 15 chansons qu'il interprète en créole, français et anglais. A partir d'une intro qui commence comme dans un conte Antillais, Yé Krik Yé Krak, Erik nous propose des compositions tinté de Jazz, de Biguine, où l'on retrouve une note de musique Africaine et même un peu de Reggae. Sans oublier le ciment qui unie chacune de ses créations, la musique caribéenne.

Comme il le dit lui même dans une interview (par Léa Cerveau en 2008), il a commencé par le Hip Hop, le Zouk, le Jazz et le Dancehall. Cette richesse musicale et cet éclectisme nous l'avons ressenti du début à la fin du disque. Un véritable voyage musical et une expérience pour l'auditeur qui place le chanteur dans une catégorie à part. Une voix soul au service d'une réalisation musicale impeccable et riche assurée par Siam Lee et Manuel Mondésir. A écouter absolument.
France-Antilles (19-11-2009)

Mercredi soir, la salle Aimé-Césaire accueillait Erik et ses musiciens. Une salle remplie, des spectateurs survoltés reprenant en chœurs les titres de l'album du jeune Guadeloupéen, récemment primé « Révélation de l'année » lors des Trophées des Arts Afro-Caribéens, telle était l'ambiance de ce concert.
Accompagné de jeunes musiciens très talentueux, Erik a su à travers ses chansons transporter le public dans différentes émotions. Chantant l'amour passion, l'amour trahi, l'exil, l'acculturation… le jeune artiste de 23 ans a conquis les spectateurs , venus souvent en famille l'applaudir.
Pendant, deux heures, le temps a suspendu son vol, pour laisser place à l'univers soul jazz caribéen de l'artiste. Il nous avait promis un spectacle riche en échange et en performance musical, il l'a fait. Passant allègrement de son répertoire à celui de Michaël Jackson, Mehdy Custos et Sizzla.
L'instant était magique. Très bon concert. Des moments comme ceux-la, on en redemande.

À noter :
Le premier album d'Erik « Chayé Kow » est toujours dans les bacs. Le jeune Guadeloupéen vous invite à travers 15 titres à vous laissez emporter, chawoyé dans son journal intime. L'amour, l'immigration, l'acculturation, l'exil, ses rêves… autant de thèmes qu'il aborde sur des rythmes bèlè, gwoka, biguine, dancehall, soul. Une fusion des genres qui fonctionne à merveille.
Chayé Kow, une production Awimusic
L'HUMANITE (26-09-2009)

Chapeau bas

Antilles.

Trophées. Au Châtelet, ont été décernés les trophées des arts afro-caribéens. Guy Deslauriers (notre photo) a été gratifié du prix

du meilleur film, pour Aliker. Le cinéaste martiniquais, qui a confié le scénario à Patrick Chamoiseau, rend justice au communiste antillais assassiné. L’Huma du 3 juin a exprimé l’importance artistique et politique du film, salutaire oeuvre de mémoire. Erik, chanteur guadeloupéen, est distingué révélation 2009. Dans son CD, Chayé kow, il tresse ses racines créoles, en particulier le tambour gwo ka, avec l’irrésistible balancement reggae, la tendresse de la soul… Découvrez cet artiste touchant au New Morning.
(...)
Joyaux à (s’)offrir : Erik, CD Chayé kow (Awimusic)
Fara C
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.

> Créer un compte <
Vous devez être connecté pour pouvoir ajouter ERIK PEDURAND à votre liste d'ami.