Connexion

Fermer
Vous ne possédez pas encore de compte sur Zicmeup ? Inscrivez vous ici
My ZicMeUp Hits Artistes Concerts Concours Métiers Services
Avatar
Contacter
Originaire de :
Brésil
Derniers sons :
Place dans les hits :

Biographie

Le travail de percussions corporelles mené par le groupe Barbatuques a débuté avec le musicien Fernando Barba et son intérêt porté sur la production de sons venant de son propre corps, une habitude qui lui a vite valu le surnom de « Barbatuques ». Depuis 1988, Fernando a développé ce travail, au début comme un simple divertissement, puis plus tard comme un véritable sujet de recherches. En 1991, l’année de son admission aux cours de Musique Populaire au Collège Unicamp, il approfondit ses études du rythme avec le professeur-musicien José Eduardo Gramani. En 1993, il fonde à São Paulo l’école de musique Auê Núcleo de Ensino Musical, avec André Hosoi et Marcos Azambuja. Depuis 1995, Fernando enseigne les percussions corporelles à Auê. Cette même année, il apprend énormément du travail du musicien-chercheur en musique corporelle, Stênio Mendes. Depuis lors, ils multiplient les échanges autour de la musique et de la pédagogie, et Stênio est devenu l’un de ses collaborateurs permanents.

En 1996, Fernando fonde le groupe Barbatuques, en regroupant des étudiants et partenaires de ses recherches. Au début, ils participent aux shows d’autres groupes, mais depuis 1997, le groupe se produit comme tête d’affiche, avec leurs propres spectacles.

Entre 1998 et 1999, le groupe participe à plusieurs émissions TV et commence alors à créer son propre répertoire en vue de son premier album.

À la fin de l’année 2000, le groupe Barbatuques est sélectionné par l’Institut Culturel Itaú pour participer aux spectacles et albums du projet Musical Cartography, qui élit les nouveaux courants musicaux représentatifs dans tout le pays.

En 2001, le groupe se produit pendant la cérémonie de remise de prix de Itaú Unicef, qui se tient au Credicard Hall, avec près de 200 enfants de plusieurs ONG de São Paulo, présentant ainsi le résultat des ateliers menés par le groupe avec ces enfants. A la fin de l’année, le groupe participe au spectacle « Human Rights in Beggars’Banquet », qui a lieu au théâtre municipal de Sao Paulo, avec le soutien des Nations Unies et retransmise par la chaîne TV Cultura.

En juin 2002, le groupe se produit lors de la cérémonie de remise de prix de Prêmio Criança 2002, qui a lieu au SESC Vila Mariana, organisée par la Fondation Abrinq. En juillet, le groupe sort son premier album, Corpo Do Som, qui immortalise alors le concept de percussions corporelles et de musique spontanée.

En 2003, les Barbatuques sont sélectionnés au MIDEM, le plus grand événement au monde de l’industrie phonographique, dans la ville de Cannes – France. Les Barbatuques reçoivent alors d’excellentes critiques de la part du public et des médias, surpris par tant d’originalité et par la qualité du groupe.

De retour au Brésil, les Barbatuques font l’ouverture de « Prata da Casa » au SESC Pompéia, atteignant un record d’affluence de public avec plus d’un millier de personnes dans le théâtre.

Pendant le Carnaval, Recife reçoit le groupe, qui est intégré à la programmation de la huitième édition du festival RecBeat, et qui est très bien accueilli par les médias locaux et le public, estimé à environ 15.000 personnes.

Tout au long de l’année, les Barbatuques se produisent de nombreuses fois dans l’Etat de Rio de Janeiro, et dans le centre de São Paulo ; a Curitiba, le groupe partage la scène avec les célèbres musiciens du spectacle « O Som do Refavela » ; il participe aussi au festival Guiomar Novaes, à São Paulo da Boa Vista, et à São Paulo le groupe rassemble plus de 2.000 personnes au SESC Pompéia, en 2 jours de spectacles.

En décembre, un spectacle donné lors des séries de Concerts Matinais de la Salle São Paulo, attire des spectateurs de différentes parties de la ville, et fait salle comble. Egalement durant le dernier mois de 2003, le groupe se produit à Salvador, suite à l’invitation du IV Mercado Cultural, pour un concert qui a conquis le public du théâtre Castro Alves.

Tout au long de l’année 2004, les Barbatuques ont donné des concerts et animé des ateliers dans les plus grandes villes du Brésil, comme Brasilia, Curitiba, Rio de Janeiro, Belo Horizonte, Londrina, São Paulo etc. En partenariat avec Chico César, le groupe sort l’album pour les enfants « Marias do Brasil », avec la musique de Chico Cesar et sous la direction de Fernando Barba. La même année, le groupe se produit aussi plusieurs fois avec le percussionniste Robertinho Silva. En décembre, ils participent à l’enregistrement du prix du meilleur travail, du groupe anglais « One Giant Leap », qui produit des DVDs mixant sons et images du monde entier, en partenariat avec le National Geographic.

En mars 2005, le groupe vient en tournée Européenne, notamment en France et en Espagne. Le groupe a plusieurs concerts en Espagne, à Barcelone et d’autres villes de la Catalogne, suite à l’invitation de la Fondation Culturelle de La Caixa. En France, le groupe se produit à la Cité de la Musique (Paris), intégrant ainsi la programmation culturelle de l’année du Brésil. En juillet, Barba retourne à Barcelone où il anime des ateliers à la Fondation Culturelle de la Caixa, destinés aux éducateurs musicaux de plusieurs régions d’Espagne.

Toujours en 2005, Barbatuques commence l’enregistrement de son DVD, enregistrant leur performance lors de la célébration des 40 ans du théâtre Tuca à São Paulo. En novembre, le groupe sort son deuxième album, intitulé « O seguinte é esse » et revient en Europe pour plusieurs concerts.

En 2006, le groupe se produit de nombreuses fois en Espagne pour la promotion de ce nouvel album.

2007 voit la sortie brésilienne de leur premier DVD retraçant 12 années d'existence en un documentaire extrêmement riche d'enseignement.
Il participe également à l'enregistrement de « Music Hole », le troisième opus de la chanteuse française Camille.
En décembre, le groupe revient en Europe pour une série de 14 concerts, dont 10 complets, en à peine 15 jours, un record.

En 2008 les efforts se concrétisent avec une belle tournée européenne les amenant parmi certains des plus beaux festivals tels que le Paléo, les Nuits de Fourvière, Byblos ou encore de très belles salles comme l'Auditori de Girona. Ainsi près de 30.000 spectateurs les verront sur scène, sans compter les auditeurs de Radio France et de la Radio Suisse Romande qui rediffuseront deux des concerts.
En fin d'année ont lieux les premières performances américaines à Oakland et San Francisco.

2009 est une année de création. Nouveaux titres, nouvelle mise en lumière et bientôt un nouveau DVD. Les Barbatuques reviennent en Europe pour une semaine exclusive et cinq concerts dont quatre seront complets bien longtemps avant l'ouverture des portes.

La création se poursuit début 2010 avec un premier spectacle entièrement dédié aux enfants (de 4 à 15 ans) sur la naissance et la découverte du son. Une touche finale est mise au nouveau spectacle "adulte" intitulé Individuo Corpo Coletivo qui commence à tourner au Brésil et sera en Europe en 2011.
A la veille du printemps, Barbatuques participe à la semaine brésilienne au musée du quai Branly avec plusieurs ateliers et deux concerts complets. Le second concert sera retransmit sur Arte Live Web pour toute la durée de la saison.
2010 est aussi l'année de leur consécration au Brésil où le groupe se voit donner le titre d'ambassadeur de la culture. Les Barbatuques participent depuis aux tournées de promotions des Jeux Olympiques de Rio (2016) et à la Coupe du Monde de football (2014) avec des passages remarqués à Expo Shanghai et en Afrique du Sud.